GratiWiki: tout le savoir gratuit sur le gratuit
Encyclo /

EcoleNonMarchande


Type: Réseau non marchand
Liste


Une école non marchande est une pratique collective, pour l'instant théorique, qui vise à créer un système d'enseignement réticulaire et non marchand. La question des méthodes pédagogiques utilisées étant accessoire.

Comment fonctionnerait une école non marchande ?

Un projet tout simple.

Chaque personne a en elle un réservoir de formations, de connaissances, qu'elle souhaite partager. Symétriquement, chaque personne a en elle un réservoir de formations, de connaissances qu'elle souhaite ou qu'elle doit acquérir.

Il suffit alors que ces personnes se rencontrent et échangent de manière non marchande leur savoir, avec les ressources culturelles et éducatives dont elles disposent.

Ces échanges non marchands, désintermédiarisés et non hiérarchiques (volontaires) pourraient constituer la base d'une école réticulaire et non marchande.

En ce qui concerne l'apprentissage des enfants, les enfants pourraient se retrouver par petits groupes allant chez des parents, ou des formateurs passionnés par un domaine, qui dispenseraient à tour de rôle leurs connaissances.

Face à l'institution scolaire.

On peut rétorquer qu'un tel service est déjà rempli par l'école républicaine ou les écoles recourant à la pédagogie alternative. Mais ces formes d'échanges de savoir sont antithétiques.

1. La "gratuité scolaire", qui n'en est pas une puisqu'elle consiste seulement en une redistribution des ressources (nous la payons indirectement), est précaire. Combien de temps durera-t-elle ?

2. L'institution scolaire, en professionnalisant l'éducation, a occulté la simplicité de l'échange volontaire qui en résulte, et l'a enserré dans une logique hiérarchique. Comment ? Par l'établissement d'un processus socio-économique de création de la rareté (cf. I. Illich).

  • L'école définit ce qui fait l'objet d'un manque, ce qui doit être combattu (l’illettrisme, par exemple), en établissant que l'insuffisance de certains savoir et savoir-faire est problématique.
  • Ensuite, elle définit les critères permettant de mesurer ce manque, d'en établir la portée.
  • Enfin, en tant qu'institution recherchant des débouchés pour les services qu'elle produit, elle créé une rareté artificielle, une pénurie sur:
    • les contenus éducatifs (savoir et savoir-faire),
    • les ressources nécessaires à l'éducation,
    • les formations qu'elle dispense (la valeur du diplôme).

En créant une telle pénurie, et en stigmatisant le manque, l'institution scolaire crée une hiérarchie de fait. Hiérarchie qu'elle institue par les pouvoirs dont elle dispose, puisque, de fait, elle est la seule en mesure d'évaluer ses activités. En somme, l'institution scolaire modèle le marché pour les services qu'elle dispense.

Et la production de la rareté n'est pas le seul élément en jeu dans la constitution du marché. Depuis la fin du XIXe siècle, l'école fournit un service d'occupation des personnes inactives de moins en moins évitable (enfants, étudiants) et utilise dans une large mesure la contrainte pour obliger à la consommation de ces services. Voilà, ici, une autre source de hiérarchie qui conduit, grosso-modo, à l'instauration d'une école-prison, où l'élève est sous la tutelle psychologique et légale de son maître, sans pouvoir lui échapper véritablement.

Que l'on cautionne encore, au XXIe siècle, un tel système de partage des savoirs est tout simplement scandaleux. Bien sûr, s'il y a soumission volontaire, il est acceptable. Mais c'est un euphémisme de dire que dans l'institution scolaire, ce n'est pas vraiment le cas. Puisque, même dans l'enseignement le moins coercitif possible, l'ombre du diplôme plane et éteint tout espoir de rapport non hiérarchique. C'est d'autant plus honteux qu'il est rare qu'il y ait une séparation des pouvoirs entre ceux qui enseignent et ceux qui dispensent le diplôme.

3. Les écoles alternatives ne modifient pas fondamentalement les règles du jeu, au sens où la barrière entre le professionnel et le client (ou entre le pourvoyeur de savoir et le récepteur qui n'a pas trop le choix...), est maintenue.

Sur la base de ce constat, qui n'est pas neuf puisqu'il date des années 1970, on peut étendre l'analyse de l'institution scolaire dans deux directions:

  1. le sens de l'échange est indéterminé par nature (qui offre, qui demande ?).
  2. l'échange, dans l'institution scolaire, profite surtout à ceux qui dispensent le savoir et non à ceux qui le reçoivent.

<< | Réseau non marchand | Médiathèque en réseau >>

Le contenu du site GratiWiki. Wiki ouvert et gratuit sur le gratuit, le DIY et la culture libre, sauf mentions contraires, est sous licence culturelle non-marchande ainsi que toute nouvelle contribution.
Site gratuit, sans publicité, à but non lucratif, communautaire, ouvert à tous ceux qui souhaitent partager leurs savoirs sur les échanges non-marchands, le DIY et la culture libre. Construit avec PmWiki et hébergé par Toile Libre.